fbpx

La légende du vizir

flowersuperior
capa site-02-3
1 / 8

La légende du vizir

flowersuperior
ilustracoes-finais_costavizir-1
 2 / 8

La légende raconte que durant l’occupation musulmane, un extraordinaire et sage jeune vizir, conseiller d’un puissant sultan, tomba amoureux de cette partie du littoral actuellement dénommée Costa Vicentina. Dès qu’il le pouvait, il enfourchait son cheval pour se promener le long de la longue côte parsemée de criques et de plages de sable soyeux, qui encadrent encore aujourd’hui les vastes plaines dorées de l’Alentejo. Lors de l’une de ses longues promenades, il se perdit dans l’infini charme des beautés naturelles de la région et s’arrêta près d’un petit château entouré d’un vaste jardin de géraniums.

La légende du vizir

flowersuperior
sliider-lenda-2
 3 / 8

À l’une des fenêtres, une jeune demoiselle brodait un mouchoir tout en chantonnant une douce mélodie. C’est précisément à cet instant que leurs regards se croisèrent et que leurs cœurs se mirent à battre à l’unisson. Leur vie changea à jamais : ce jour-là naquit un grand amour.

La légende du vizir

flowersuperior
sliider-lenda-4
 4 / 8

Les mois suivants, les jeunes amoureux se rencontrèrent en secret car la demoiselle, fille d’un gouverneur mozarabe*, était promise à un autre. Pendant quelque temps, Almir et Eleonor échangèrent serments d’amour, lettres et fleurs jusqu’au jour où le père de la jeune fille découvrit leur histoire et se montra inflexible face aux innocents arguments de l’amour.

La légende du vizir

flowersuperior
sliider-lenda-3
 5 / 8

Ce même jour, la garde du château fut renforcée et Eleonor fut envoyée dans la plus haute tour en guise de punition. Le jeune vizir, irrité à l’idée de ne plus pouvoir voir sa bien-aimée, décida de l’enlever. Il réunit quelques hommes armés en cachette du sultan, et planifia une attaque surprise qui fut à l’origine d’une bataille implacable.

La légende du vizir

flowersuperior
sliider-lenda-5
 6 / 8

Au terme d’une matinée de combats intenses, le vizir, victorieux, entra, sur son cheval, dans la cour du château. Persuadé qu’il allait enfin retrouver sa future épouse, il fut surpris par un acte de chantage : Eleonor avait une épée pointée sur sa poitrine par son propre père. Conscient de l’importance de ce moment, le vieux gouverneur menaça le vizir en l’avertissant, dans un cri plein de désespoir, que s’il faisait un pas de plus, il tuerait sa fille de son épée. Sous-estimant ces paroles, le vizir avança au galop, l’épée à la main, mais ce qui devait arriver arriva. Le père d’Eleonor n’hésita pas et tua sa propre fille avec la même épée qu’il utilisa ensuite pour se suicider.

La légende du vizir

flowersuperior
sliider-lenda-6
 7 / 8

On raconte que le vizir, fou de désespoir, déserta la cour de son sultan et se réfugia dans l’un des endroits les plus beaux et les plus secrets du royaume : Porto Covo. C’est là qu’il planta sa tente et vécut seul jusqu’à la fin de ses jours.
Pour tromper son angoisse et la solitude, il décida d’écrire chaque jour une lettre à sa bien-aimée en la jetant dans la mer pour que celle-ci l’emporte jusqu’à sa nouvelle demeure, où qu’elle fût.
Almir avait également conservé le mouchoir qu’Eleonor était en train de broder lorsque leurs regards s’étaient croisés pour la première fois. La veille de sa mort, il l’enterra dans son jardin de géraniums et fit le vœu que tous les couples qui s’embrassent en sa présence voient leur amour béni.

La légende du vizir

flowersuperior
 8 / 8
C’est en l’honneur de cette belle histoire d’amour qu’est né le Camping Costa do Vizir.
Un espace inspiré de la magie des nuits arabes et des amours interdites.


Un petit coffre détérioré contenant un mouchoir brodé très ancien fut trouvé lors des travaux de réhabilitation. Il s’agirait du mouchoir qu’Eleonor offrit à Almir. Un objet qui représente l’amour le plus pur qui les unit pour toujours. Comme on dit qu’il porte bonheur aux couples qui s’embrassent en sa présence, nous vous invitons à aller le voir dans la zone de réception du camping.


Pour rendre hommage à cette découverte, un lac aux eaux calmes rempli de carpes koï, de libellules et de grenouilles a été construit à l’endroit même où il a été trouvé.

*Les mozarabes (de l’ arabe musta’rib, « arabisé »)[1] étaient des chrétiens ibériques qui vivaient sous domination musulmane dans la région de l’Al-Andalus. Leurs descendants ne se convertirent pas à l’ islam et adoptèrent des éléments de la langue et de la culture arabes. Ils étaient essentiellement des catholiques romains de rite wisigoth ou mozarabe.

Source : Wikipédia, l’encyclopédie libre.